BIBLIOTOPIA week-end des littératures autour du monde

Du vendredi 20 au dimanche 22 novembre 2020

Rendez-vous pour la troisième édition du festival

BIBLIOTOPIA, week-end des littératures autour du monde,

du vendredi 20 au dimanche 22 novembre 2020

à la Fondation Jan Michalski.

Pour sa 3e édition, le festival BIBLIOTOPIA invite à partager des histoires de famille avec des écrivain·e·s de tous horizons, à se plonger dans d’autres vies que la sienne, à arpenter les arcanes du passé où se conjuguent le réel et l’imaginaire, à explorer les héritages et les constructions à la fois identitaires et collectives. Soit la famille dans tous ses états… littéraires !

En compagnie des premier·ère·s écrivain·e·s annoncé·e·s :

Kaouther Adimi * Santiago H. Amigorena * Sacha Batthyany * Blandine de Caunes * Jean-Luc Coatalem * Jennifer Croft * Elisa Shua Dusapin * Khaled Khalifa * Pascale Kramer * Deborah Levy * Philippe Sands * Géraldine Schwarz * Beata Umubyeyi Mairesse * ETC…

En raison de la situation sanitaire internationale, la liste des auteur·e·s invité·e·s est susceptible de changer à tout moment. Merci de suivre les actualisations sur notre site internet.


LES AUTEURS

Kaouther Adimi, écrivaine née à Alger et installée à Paris, connaît un large succès avec son troisième roman, Nos richesses, qui reçoit le Prix Renaudot des lycéens 2017. Le récent Les petits de Décembre narre l’insurrection en 2016 de la jeunesse algérienne qui refuse la soumission pendant que les parents se résignent.

 

Santiago H. Amigorena est un réalisateur, scénariste, producteur et écrivain argentin établi en France. Il poursuit un projet romanesque et autobiographique au long cours intitulé Le dernier livre, dont plusieurs volumes ont déjà paru. Le ghetto intérieur revient sur son histoire familiale et la trajectoire de son grand-père d’origine polonaise déchirée par la Shoah et l’exil.

 

Sacha Batthyany, écrivain et journaliste suisse issu d’une famille aristocratique hongroise, a travaillé pour la Neue Zürcher Zeitung et a été correspondant politique et société à Washington pour le Süddeutsche Zeitung et le Tages Anzeiger. Installé à Zurich, il est actuellement reporter pour le NZZ am Sonntag Magazin. Son livre Mais en quoi suis-je donc concerné ? enquête sur l’implication de ses ancêtres dans un crime antisémite commis en 1945, et interroge les notions d’héritage et de légitimité.

 

Blandine de Caunes est une éditrice et écrivaine française, fille du journaliste Georges de Caunes et de la romancière et figure du féminisme Benoîte Groult. Elle est l’auteure de L’involontaire et de La mère morte, où la narratrice fait face, la même année, à la disparition de sa propre mère et au décès accidentel de sa fille, traçant un portrait croisé de femmes sur trois générations

 

Jean-Luc Coatalem est un romancier, écrivain voyageur et journaliste français, rédacteur en chef adjoint du magazine Géo. Son dernier ouvrage, La part du fils, lauréat du Prix Giono 2019, enquête sur la disparition de son grand-père suite à son arrestation par la Gestapo en 1943 et interroge les silences familiaux dans un exercice de mémoire.

 

Jennifer Croft est une traductrice, écrivaine et critique américaine. De la lauréate du Nobel de littérature, Olga Tokarczuk, elle a traduit Flights (Man Booker International Prize 2018) et traduit actuellement The Books of Jacob. Elle est l’auteure de Homesick: a memoir, écrit en anglais et en espagnol, sur les liens entre sœurs et les pouvoirs du langage.

 

Elisa Shua Dusapind’origine sud-coréenne et française, a grandi entre Paris, Séoul et le Jura suisse. Elle est l’auteure de trois romans : Hiver à Sokcho (Prix Robert Walser 2016), Les billes du Pachinko (Prix suisse de littérature 2019) et Vladivostok Circus, qui questionnent notamment les identités plurielles, la recherche des racines et la part des ancêtres.

 

Khaled Khalifa est un romancier et poète syrien vivant à Damas, qu’il refuse d’abandonner ; il est également scénariste de renom pour le cinéma et la télévision. Il a publié quatre romans, dont le dernier, La mort est une corvée, retrace le voyage tant périlleux qu’existentiel de trois frères et sœur qui traversent une Syrie en plein conflit pour enterrer leur père dans son village natal.

 

Pascale Kramer, d’origine genevoise et établie à Paris, lauréate du Grand Prix suisse de littérature 2017, est notamment l’auteure de L’implacable brutalité du réveil (Prix Schiller 2009), Autopsie d’un père et Une famille. Elle aime à révéler l’envers des décors familiaux, leurs secrets et dysfonctionnements. Elle dirige aussi le festival de films « Enfances dans le monde ».

 

Deborah Levy, dramaturge, poétesse et romancière anglaise, est notamment l’auteure de Sous l’eau et de deux textes relevant d’un vaste projet autobiographique nommé « living autobiography » : Le coût de la vie et Ce que je ne veux pas savoir. Son œuvre, brouillant les frontières des genres, explore les structures familiales, l’émancipation personnelle et politique des femmes.

 

Philippe Sands est un écrivain franco-britannique, également avocat international spécialisé dans les droits humains et professeur de droit à l’University College de Londres. Tandis que Retour à Lemberg croise son histoire familiale et les fondements du procès de Nuremberg, La filière présente une enquête sur les traces d’un dignitaire nazi en fuite et ses descendant·e·s.

 

Géraldine Schwarz est une journaliste, réalisatrice de documentaires et écrivaine franco-allemande établie à Berlin. Les amnésiques, Prix du livre européen 2018, part de son histoire familiale pour interroger les constructions et les failles mémorielles en France et en Allemagne depuis la Seconde Guerre mondiale, ainsi que les liens entre mémoire et démocratie.

 

Beata Umubyeyi Mairesse est une écrivaine et poétesse née au Rwanda. Après avoir survécu au génocide des Tutsi, elle s’établit en France en 1994. Ses recueils de nouvelles Ejo et Lézardes ont reçu plusieurs prix. Son premier roman Tous tes enfants dispersés retrace sur trois générations l’histoire d’une famille aux liens distendus par l’histoire rwandaise, ses silences et ses fantômes.

 


PROGRAMME ET INFOS

BIBLIOTOPIA 2020 s’ouvrira par une soirée littéraire vendredi 20 novembre dès 18h30, puis proposera deux jours de rencontres avec des écrivains de toutes latitudes le samedi 21 et le dimanche 22 novembre.

BIBLIOTOPIA, c’est aussi :

_des lectures, du cinéma et de la musique,
_des ateliers de médiation pour les enfants,
_une librairie éphémère avec les ouvrages des auteur·e·s du festival,
_une restauration gourmande salée et sucrée,
_et un système de pass journalier : CHF 20.- (plein tarif) | CHF 10.- (retraités, chômeurs, AI et moins de 30 ans) | offert pour les moins de 18 ans.


Photos : Adimi Kaouther © Sacha Lenormand | Santiago H. Amigorena © Hélène Bamberger, P.O.L | Sacha Batthyany © D.R | Blandine de Caunes © Astrid di Crollalanza | Jean-Luc Coatalem © Patrice Normand | Jennifer Croft © D.R | Elisa Shua Dusapin © Romain Guélat | Khaled Khalifa © Yamam Alshaar | Pascale Kramer © D.R | Deborah Levy © Sheila Burnet | Philippe Sands © Antonio Olmos | Géraldine Schwarz © Mathias Bothor| Beata Umubyeyi Mairesse © Rodolphe Escher, Flammarion