BIBLIOTOPIA week-end des littératures autour du monde | Programme de la soirée inaugurale

Vendredi 17 mai 2019 à 18h30

Soirée inaugurale 

PROGRAMME 

18h30 Rencontre croisée Oya Baydar et Juan Gabriel Vásquez 

Dans les replis sombres de l’Histoire

Modération : Oriane Jeancourt Galignani, écrivain et rédactrice en cheffe de Transfuge

En français

Dédicaces


19h45 Lecture-hommage à Amos Oz par Claude Thébert

Son pseudonyme, Oz, signifie «force» en hébreu : l’écrivain israélien ardent militant de la paix avec les Palestiniens, Amos Oz, né en 1939 à Jérusalem, laisse une œuvre littéraire essentielle, au rayonnement international. D’Une histoire d’amour et de ténèbres à Judas, ses romans, nouvelles, poèmes et essais ont été couronnés de récompenses prestigieuses dont le prix Goethe 2005, le prix Méditerranée étranger 2010 et le prix Franz Kafka 2013. 

Claude Thébert lira des pages d’Amoz Oz pour rendre hommage à cet écrivain disparu en décembre 2018. Comédien et créateur du Théâtre du Sentier, Claude Thébert s’est fait la spécialité, depuis de nombreuses années, de servir la parole des écrivains et poètes par des lectures théâtrales.

20h30 Cocktail


Modalités pratiques

Tarif unique de CHF 10.- | Soirée sur réservation à vendredi-bibliotopia@fondation-janmichalski.ch

Est inclus dans ce tarif l’accès à l’ensemble des événements de la soirée et la navette depuis la gare de Morges, voir informations pratiques.


Les auteurs 

Oya Baydar

Oya Baydar, romancière, journaliste et militante turque née en 1940, publie son premier roman à l’âge de dix-sept ans, ce qui lui vaut la menace d’être expulsée de son lycée. Dès ses études universitaires, elle est la cible du régime pour sa vision d’extrême-gauche. Arrêtée et emprisonnée à l’issue du coup d’État de 1971, elle décide de s’exiler en Allemagne après celui de 1980. Elle retourne en Turquie en 1992, où elle joue un rôle politique et littéraire très actif. Aujourd’hui encore, vivant entre Istanbul et l’île de Marmara, elle est régulièrement persécutée pour ses prises de position. Elle est l’auteure de six romans, traduits en vingt langues et couronnés par plusieurs prix. Trois de ses œuvres sont parues en français : Parole perdue (2010), Et ne reste que des cendres (2015) et Dialogue sous les remparts (2018). Ce dernier ouvrage met en scène deux voix qui évoquent la tragédie du peuple kurde.

 

Juan Gabriel Vásquez

Juan Gabriel Vásquez, né en 1973 en Colombie, est journaliste, romancier et traducteur, notamment des œuvres de E.M. Forster, Victor Hugo et John Hersey. Il a étudié les Lettres à la Sorbonne à Paris, achevant son parcours académique par un doctorat en littérature sud-américaine. Après avoir séjourné en Belgique et en Espagne, il est retourné à Bogotá, où il vit aujourd’hui. Rédacteur pour le journal El Espectador, il participe à la réflexion critique sur l’actualité de son pays, tout en développant son œuvre littéraire, traduite en plus de vingt langues et saluée par de nombreux prix, dont le Prix Roger Caillois 2012. Sont notamment parus en français Les dénonciateurs (2008), Histoire secrète du Costaguana (2010, Prix Qwerty et Prix Fundación Libros y Letras), Le bruit des choses qui tombent (2012, Prix Alfagara), Les réputations (2014, Prix de l’Académie royale d’Espagne). À l’image de son dernier titre traduit, Le corps des ruines (2017), ses romans plongent dans un passé parfois trouble pour tenter de mieux appréhender le présent.


Découvrez également

BIBLIOTOPIA | Programme du samedi 18 mai

BIBLIOTOPIA | Programme du dimanche 19 mai

 

  • Newsletter

    Abonnez-vous à la newsletter en saisissant votre adresse e-mail
    * = Champ requis
  • Facebook Twitter YouTube