Fête de la musique sur un air de Boris Vian

Jeudi 21 juin 2018 à 19h

Du jazz, des rythmes enivrants et de la fantaisie… bienvenue à la fête de la musique de la Fondation Jan Michalski, orchestrée à l’occasion de l’exposition Boris Vian | En avant la musique !

Au programme dès 19h :

le Duo Médéric Collignon | Yvan Robilliard

Cornettiste étourdissant, lauréat en 2008 du très convoité Prix Django Reinhardt récompensant le musicien de jazz de l’année, Médéric Collignon est l’un des artistes les plus ébouriffants de sa génération. Vocaliste virtuose, qui combine avec talent le beatbox et le scat, ce pétillant créateur qui s’avoue lui-même allergique aux compromissions est un électron libre dans le monde du jazz. Nous le retrouvons ici avec Yvan Robilliard, jeune pianiste et compositeur à la maîtrise du clavier incroyable, très tôt attiré par le jazz et l’improvisation ; il a travaillé, entre autres, aux côtés d’Antoine Hervé et Michel Portal. Leur duo est une allégorie à la fois poétique et explosive, diablement inspirée par le Boris Vian anti-conformiste.

Médéric Collignon (cornet et voix) et Yvan Robilliard (claviers)

&

Le « Pianocktail »

Une performance musico-enivrante autour de l’instrument merveilleux composant des cocktails au son de mélodies, imaginé par Boris Vian dans L’écume des jours, fabriqué par l’ingénieux Nicolas Schenkel et joué par sa sœur Géraldine, lesquels le nomment aussi pianococktail.

Avec ce piano arrangé de quelques alcools et entonnoirs, rallongé d’une meule à musique, d’un violon à roue, d’un poivrier-sonnette, d’une chaîne de vélo et autres dérailleurs, les musiques dérivent, grincent et se déglinguent… Un trille bien placé mélangera le rhum au sirop de sucre de canne et la dose de tequila sera déversée par un fa dièse. Chaque cocktail a sa musique : on choisit un alcool… ou une mélodie… et on passe commande au pianiste.

 


Entrée libre | Sans réservation


C’est exactement le goût du blues, dit-il. De ce blues-là même. C’est fort, votre invention, vous savez.
Oui, dit Colin, ça marchait très bien.
Vous savez, dit l’antiquaire, je vais sûrement vous en donner un bon prix.
J’en serais très content, dit Colin. Tout marche mal pour moi, maintenant.
C’est comme ça, dit l’antiquaire. Ca ne peut pas toujours aller bien. Si je jouais Misty Mornin ? Est-ce que c’est bon ?
Oui, dit Colin, ça rend formidablement, ça donne un cocktail gris perle et vert menthe, avec un goût de poivre et de fumée.

Boris Vian, L’écume des jours

  • Newsletter

    Abonnez-vous à la newsletter en saisissant votre adresse e-mail
    * = Champ requis
  • Facebook Twitter YouTube