Intégrale théâtrale des « Vies minuscules » de Pierre Michon, par la compagnie du Théâtre de l’Argile

Samedi 16 septembre de 11h à 19h

Intégrale des Vies minuscules de Pierre Michon, par la compagnie du Théâtre de l’Argile

Une performance théâtrale hors du commun, de plus de six heures, pour donner à entendre l’intégralité du texte des Vies minuscules de Pierre Michon. 

Ce recueil de huit chroniques de « vies » aux échos autobiographiques, paru en 1984, a marqué l’entrée en littérature, à trente-neuf ans, de l’écrivain français, né en 1945 dans un village de la Creuse. Pierre Michon y convoque les destinées modestes et anonymes de figures issues du monde rural de son enfance ou rencontrées au détour des souvenirs : des aïeux aventuriers exilés, un vieil homme illettré au seuil de sa vie, un prêtre déchu au « verbe d’or », des frères lycéens en rivalité entre filles et livres, des grands-parents incarnant douloureusement le motif du père absent, une amante de passage, une sœur décédée en bas âge… Ces existences ordinaires de « petites gens » se lèvent de l’oubli, magnifiées, sous la plume ciselée d’un Pierre Michon faiseur de beau à partir de peu, faiseur d’éternité à partir de fragments de mémoire. Se révèlent ainsi au fil des récits les chemins d’émancipation des origines, la quête des mots manquants, traçant le portrait en filigrane d’un écrivain en gestation.

Il y a plus de vingt ans que le metteur en scène et comédien Jean-Christophe Cochard, avec la compagnie du Théâtre de l’Argile, s’est saisi de ces Vies minuscules pour offrir à voix haute la langue poétique fulgurante de Pierre Michon. Fruit d’une aventure artistique au long cours, cette représentation intégrale invite à s’immerger pleinement dans un trésor de la littérature contemporaine, à la rencontre de vies infimes qui rejoignent aussi les nôtres.

En présence de l’écrivain Pierre Michon

Adaptation  Jean-Christophe Cochard et Philippe Fauconnier
Mise en scène  Jean-Christophe Cochard
Acteurs principaux  Eric Cénat; Philippe Fauconnier; Jean-Christophe Cochard; Denis Marc; Hubert Godon; Stéphane Godefroy; Marie-Hélène Lafon
Régie  Alessandro Vuillermin


Prix unique Fr. 10.-
Sans réservation, dans la limite des places disponibles
Entrée en continu tout au long de la journée, au moment des pauses entre deux Vies minuscules


Programme détaillé

11h Vie d’André Dufourneau et Vie d’Antoine Peluchet avec Philippe Fauconnier et Eric Cénat
Durée 1h20 / Pause 15 minutes

12h35 Vies des frères Bakroot avec Jean-Christophe Cochard et Philippe Fauconnier
Durée 1h25 / Pause 30 minutes

14h30 Vies d’Eugène et de Clara et Vie du père Foucault avec Denis Marc et Hubert Godon
Durée 1h20 / Pause 10 minutes

16h Vie de Georges Bandy et Vie de Claudette avec Stéphane Godefroy et Hubert Godon
Durée 1h15 / Sans pause 

17h15 Lecture de la Vie de la petite morte par Marie-Hélène Lafon
Durée 30 minutes / Pause 15 minutes

18h Verrée et échanges avec le public


Biographie de Pierre Michon

Né en 1945 à Châtelus-le-Marcheix, un village de la Creuse, de parents instituteurs, Pierre Michon fut élevé par sa mère suite au départ de son père du domicile familial. Pensionnaire au lycée de Guéret, il étudie ensuite les Lettres à Clermont-Ferrand avant de partir sur les routes, accompagnant brièvement une petite troupe de théâtre. Après des années de quêtes et d’errances, il publie à trente-neuf ans son premier livre, Vies minuscules, qui lui vaut le Prix France Culture 1984. Pierre Michon est également l’auteur de plusieurs récits et romans, dont Rimbaud le fils (1991), La Grande Beune (Prix Louis Guilloux 1997), Abbés et Corps du roi (Prix Décembre 2002), Les onze (Grand Prix du roman de l’Académie française 2009). En 2015, il reçoit le premier Prix Marguerite Yourcenar pour l’ensemble de son œuvre.

 

« Nous sommes les fragiles passeurs de ces “Vies minuscules”, les nôtres, celles de tous; que nous partageons au quotidien et qui sont de tous les temps. La grâce de l’écriture de Pierre Michon nous a permis de les approcher et d’infléchir notre regard sur un monde de tendresse infuse et cachée (malicieuse aussi), toujours à fleur de peau sous la dureté des jours. Notre travail n’est que cette inflexion. »

Le Théâtre de l’Argile

 

  • Newsletter

    Subscribe to the newsletter by entering your e-mail
    * = required field
  • Facebook Twitter YouTube