Visite virtuelle de l’exposition Józef Czapski | Peintre et écrivain

(Re)parcourez notre exposition sur Józef Czapski depuis chez vous !

Cliquez ici pour accéder à la visite virtuelle de la Fondation Jan Michalski et passez en mode plein écran en cliquant sur 

 

Peintre, écrivain, critique et penseur éclairé, Józef Czapski (Prague, 1896-Maisons-Laffitte, 1993) a traversé l’entier du XXe siècle, et en a connu intimement les tragédies et bouleversements. D’origine polonaise, il grandit dans un Empire russe en déclin. La Première puis la Seconde Guerre mondiale le confrontent comme soldat et officier aux affres et revers des conflits, de son emprisonnement en 1939 dans le camp soviétique de Starobielsk à son combat contre le nazisme au sein de l’armée polonaise d’Anders à partir de 1941. Dès l’après-guerre, Czapski s’installe près de Paris, à Maisons-Laffitte, sans jamais plus pouvoir retourner en Pologne. Il devient membre actif de la célèbre revue de la dissidence polonaise Kultura, éditée en France, et n’aura de cesse de dénoncer les totalitarismes et les mensonges de l’histoire, tel le massacre de Katyń dont il est l’un des rares rescapés.
Si ses œuvres ont été détruites durant la guerre, Czapski se remet à l’ouvrage depuis sa chambre-atelier, il écrit et peint à nouveau activement durant cinq décennies. En témoignent les quelque trois cents volumes de ses journaux intimes quotidiennement emplis, entre 1941 et 1992, de notes, de recherches, dessins et aquarelles entremêlés, qui contiennent en germe tous ses textes littéraires – Souvenirs de Starobielsk et Terre inhumaine –, ses essais sur l’art – L’Œil ou encore Tumulte et spectres – et tous ses tableaux. La peinture donnant plein sens à sa vie, Czapski écrivait « Je respire toujours de ma respiration, je vois toujours, je respire toujours avec les yeux. » De ce souffle se déploie un langage pictural fondé sur la tache de couleur, concentré sur la nature, distillée, épurée, de tout ce qui n’est pas essentiel.
A travers un choix de journaux, de livres, de dessins, ainsi qu’un ensemble d’œuvres peintes significatives, des autoportraits aux natures mortes, en passant par des paysages et des scènes de « théâtre du quotidien » et de musée, l’exposition de la Fondation Jan Michalski donne à voir le processus de création de l’écriture à la peinture de Józef Czapski, une destinée exceptionnelle dans une âme profondément humaniste.
Parallèlement, pour poursuivre le parcours dans la peinture de Czapski, une cinquantaine de tableaux sont présentés à Chexbres à la Maison des arts Plexus de Richard Aeschlimann, ami et galeriste suisse de l’artiste polonais depuis 1976, soulignant que la Suisse lui fut aussi un refuge, un lieu de reconnaissance privilégié, où se sont noués des liens avec des artistes, des écrivains et avec ses éditeurs L’Âge d’Homme et Noir sur Blanc.


Commissaire invité pour la Fondation Jan Michalski
Mikołaj Nowak-Rogoziński
Chargée du projet pour la Fondation Jan Michalski : Natalia Granero avec la collaboration de Mélanie Kensicher et Alexandra Pitonzo


Visite virtuelle de l’exposition Józef Czapski | Peintre et écrivain
Conception : Fondation Jan Michalski
Montage et réalisation de la visite virtuelle : Benoît Jordil, Géosud SA
Photographies des œuvres de la salle d’exposition : © Leo Fabrizio
Photographies des livres bavards à la bibliothèque : © Wiktoria Bosc

Scénographie : Raphaèle Gygi
Textes : Mikołaj Nowak-Rogoziński et Natalia Granero, Fondation Jan Michalski

Œuvres de Józef Czapski : © succession Józef Czapski


En parallèle de l’exposition à la Fondation Jan Michalski, la Maison des arts Plexus à Chexbres présentait Joseph Czapski, l’existence dans la peinture du 3 octobre 2020 au 17 janvier 2021.

Cliquez ici pour accéder à la visite virtuelle et passez en mode plein écran en cliquant sur 

 

Visite virtuelle de l’exposition Joseph Czapski, l’existence dans la peinture
Montage et réalisation de la visite virtuelle : Benoît Jordil, Géosud SA
Photographies des œuvres de la salle d’exposition : © Alain Herzog

Commissariat : Richard Aeschlimann et Nicolas Raboud
Accrochage : Nicolas Raboud et Richard Aeschlimann

Œuvres de Józef Czapski : © succession Józef Czapski