Communiqué de presse Prix Jan Michalski de littérature 2012

Communiqué de presse

Le Jury décerne le Prix Jan Michalski 2012 à Julia Lovell, historienne britannique, écrivain et traductrice, pour The Opium War – Drugs, Dreams and the Making of China, un essai historique qui retrace l’histoire et les conséquences de la guerre de l’opium de 1839 -1842. En Chine, ce conflit continue d’occuper une place importante dans la mémoire collective contemporaine.

Le sujet du livre, la guerre de l’opium, est important en raison de la place que ce conflit continue d’occuper en Chine. « Du point de vue chinois, l’opium et la guerre de l’opium ont humilié le grand empire chinois. Cette vision est un des épisodes fondateurs du nationalisme chinois moderne » a commenté Julia Lovell.

Pour l’écriture du livre, Julia Lovell a mené une exploration minutieuse des événements historiques à Pékin et dans les archives diplomatiques en Grande-Bretagne. Selon Isabel Hilton, membre du jury, écrivain et éditrice du site Chinadialogue, « La guerre de l’opium influe encore aujourd’hui sur l’attitude et les relations de la Chine avec le monde Occidental.»

La présidente du jury, Vera Michalski-Hoffmann, remet à Julia Lovell le prix doté de 50’000 francs suisses ainsi qu’une œuvre d’art réalisée par Martial Leiter, peintre-dessinateur suisse, spécialement créée pour le Prix.

The Opium War de Julia Lovell est le premier livre de non-fiction à remporter le Prix Jan Michalski de littérature. Précédemment, le Prix a été attribué à Aleksandar Hemon en 2010 et à György Dragomán en 2011 pour des romans.

Le jury a également distingué deux autres ouvrages exceptionnels concernés par l’Histoire qui sont retenus dans la sélection finale. Martin Pollack, écrivain, journaliste et traducteur littéraire autrichien pour son essai historique Kaiser von Amerika : Die grosse Flucht aus Galizien, un reportage littéraire sur l’émigration massive de Galicie au début du XXe siècle. Le second finaliste est Timothy Snyder, professeur d’histoire à l’Université de Yale et auteur de plusieurs ouvrages, pour Bloodlands – Europe between Hitler and Stalin, paru en français sous le titre Terres de sang – L’Europe entre Hitler et Staline. Cet essai historique, traduit dans une vingtaine de langues, s’intéresse aux deux grands massacres commis par les régimes nazis et staliniens sur les terres de l’Europe orientale.

Les trois œuvres finalistes du Prix Jan Michalski de littérature 2012 enrichissent et éclairent les débats actuels sur l’identité nationale, les migrations des populations et la barbarie de l’histoire aux XIXe et XXe siècles.

L’originalité du Prix Jan Michalski réside dans son aspect multiculturel. Il entend contribuer à la reconnaissance internationale d’écrivains. Le jury international est constitué de Vera Michalski-Hoffmann, présidente, Włodzimierz Bolecki, Nuruddin Farah, Yannick Haenel, Isabel Hilton, Georges Nivat, Ilija Trojanow et Fabienne Verdier. Indépendants et bénévoles, les membres du jury proposent des ouvrages dans leurs diverses langues d’expression et s’engagent à les défendre. Les ouvrages présélectionnés sont traduits si nécessaire dans une langue compréhensible par chacun des membres. Seuls les livres publiés et présentés par les membres du jury sont considérés pour l’attribution du Prix Jan Michalski de littérature.

  • Newsletter

    Abonnez-vous à la newsletter en saisissant votre adresse e-mail
    * = Champ requis
  • Facebook Twitter YouTube