Écrivains en résidence 2019

Quelques mots sur les écrivains en résidence à la Fondation Jan Michalski au cours de l’année 2019… 

 

DÈS LE MOIS DE FÉVRIER

 

Jocelyne DESVERCHÈRE, France

(en résidence du 6 février au 6 mars)

Née en 1968, Jocelyne Desverchère vit à Paris. Comédienne, elle a travaillé pour le cinéma, notamment avec Olivier Assayas, Brigitte Sy, Jean-Marie et Arnaud Larrieu, Olivier Peyon, Valérie Mréjen, Laurent Larivière, Yann Le Quellec ; pour la télévision avec Denys Granier-Deferre, Laurence Ferreira-Barbosa, Siegrid Alnoy ; au théâtre avec Redjep Mitrovitsa, Carlo Brandt et Anne-Marie Lazarini. Elle a par ailleurs réalisé deux courts métrages : Je suis une amoureuse et Un petit d’homme. Elle est l’auteure de deux romans publiés chez P.O.L : Première à éclairer la nuit (2016) et Simon (2018).

 

 


 

Sylvain MAESTRAGGI, France

(en résidence du 6 février au 11 mars)

Né en 1974, philosophe de formation, Sylvain Maestraggi a réalisé Histoires nées de la solitude (2009), film inspiré de textes de Walter Benjamin, et publié deux livres de photographies à L’astrée rugueuse : Marseille, fragments d’une ville (2013) et Waldersbach (2014). En 2016, il coécrit avec Christine Breton Mais de quoi ont-ils eu si peur ?, ouvrage pour lequel il traduit des textes de Walter Benjamin, Ernst Bloch et Siegfried Kracauer, paru chez Les éditions commune. Il fait partie du collectif de marcheurs Le Voyage métropolitain.

 

 

 

 


 

Elisabeth MONTEIRO RODRIGUES, France

(en résidence du 6 février au 11 mars)

Née en 1973, Elisabeth Monteiro Rodrigues vit à Paris. Après des études d’histoire du Proche-Orient ancien, elle se tourne vers les métiers du livre et travaille à la Librairie portugaise et brésilienne Michel Chandeigne de 2000 à 2015. Traductrice littéraire d’écrivains lusophones, dont Teolinda Gersão, João Ricardo Pedro, Valério Romão, Manuel Rui, Noémia de Sousa, elle traduit depuis 2005 l’œuvre de l’écrivain mozambicain Mia Couto. Elle est lauréate du Grand Prix de traduction de la ville d’Arles 2018 pour l’édition en français du livre de Valério Romão, De la famille, paru aux Editions Chandeigne.

 

 

 


 

Fatin ABBAS, Etats-Unis / Soudan

(en résidence du 6 février au 13 mars)

Née au Soudan, Fatin Abbas a grandi aux Etats-Unis. Son premier roman, The Interventionists, est en cours de publication chez W. W. Norton. Elle est également auteure de nouvelles, parues notamment dans Freeman’s : The Best New Writing on Arrival, The Warwick Review et Friction. En tant que journaliste et critique, elle collabore régulièrement à Die Zeit, Le Monde diplomatique et The Nation. Elle a remporté de nombreux prix dont une bourse d’écriture du Miles Morland Foundation, le Prix Bernard Cohen de la nouvelle et une résidence à l’Arc Artist Residency.

https://www.fatinabbas.com 

 

 

 


 

Sacha FILIPENKO, Biélorussie

(en résidence du 6 février au 3 avril)

Auteur biélorusse né en 1984, Sacha Filipenko habite Saint-Pétersbourg et écrit en russe. Il a quatre romans à son actif : Former Son, Conceptions, Harassment et Red Cross. Ce dernier roman a été publié en français aux Editions des Syrtes en 2018, sous le titre Croix rouges. Il est lauréat de nombreux prix, dont le Prix russe 2014, le Prix de la revue Znamya 2014, ainsi que le Prix de littérature du magazine SNOB, et a été sélectionné pour des prix littéraires prestigieux tels que le Bolshaïa Kniga (Grand livre) ou le Booker.

 

 


 

Laurent CAUWET, France

(en résidence du 6 février au 24 avril)

Ecrivain et éditeur français, Laurent Cauwet a publié deux essais : La domestication de l’art (La fabrique, 2017) et Les 100 mots des « Arts déco » (PUF, 2017). Fondateur des éditions Al Dante en 1994, il assure la responsabilité éditoriale de cette structure qui, indépendante de sa naissance à janvier 2018, poursuit aujourd’hui ses activités sous forme de collection aux éditions des Presses du réel. Le catalogue d’Al Dante est principalement dédié aux poésies contemporaines et aux écritures actuelles, mais également aux textes réflexifs sur l’esthétique et à la politique.

 


 

Rana DASGUPTA, Royaume-Uni

(en résidence du 13 février au 24 avril)

Né à Canterbury en 1971, Rana Dasgupta a étudié au Balliol College d’Oxford et à l’Université du Wisconsin à Madison. Ses livres ont notamment remporté le Commonwealth Writers’ Prize, le Prix Ryszard Kapuscinski et le Prix Emile Guimet. Il est conférencier invité émérite et auteur en résidence à la faculté d’anglais de l’Université Brown ainsi que directeur littéraire du prix le plus prestigieux en Inde, le JCB Prize for Literature. Trois de ses ouvrages ont été traduits en français : Tokyo : vol annulé (Buchet-Chastel, 2005), Solo (Gallimard, 2012) Delhi Capitale (Buchet-Chastel, 2016).

http://www.ranadasgupta.com/default.asp 

 

 


DÈS LE MOIS DE MARS

 

Kirsten NORRIE, Royaume-Uni

(en résidence du 13 mars au 10 avril)

Titulaire de plusieurs diplômes de l’Université d’Oxford, dont un doctorat en Scottish Performance and Poetry subventionné par le Arts and Humanities Research Council, Kirsten Norrie est l’auteure, sous le nom de MacGillivray, de recueils de poésie – The Last Wolf of Scotland (Red Hen, 2013) et, chez Bloodaxe, The Nine of Diamonds: Surroial Mordantless (2016) et The Gaelic Garden of the Dead (2019) – ainsi que d’un essai, Scottish Lost Boys (MIT/Strange Attractor Press, 2019). Elle a reçu trois Creative Scotland Literature Awards. Son travail prend aussi la forme de lectures et performances.

https://www.kirstennorrie.com – http://www.macgillivray.org.uk/

 

 


 

Maria MUSHTRIEVA, Russie

(en résidence du 13 mars au 24 avril)

Maria Mushtrieva est née à Kysyl-Syr, dans le territoire de Yakoutie en Russie. Depuis 2006, elle est installée à Berlin. Editrice, recherchiste, auteure, performeuse, elle développe également un travail créatif centré sur le texte, qui explore la tension entre textes oraux et textes écrits, poésie et reportage, ébauche et exemplaire final. Elle travaille actuellement sur l’écrivain d’avant-garde russe Pavel Ulitin. La traduction représente par ailleurs une part importante de ses activités, tant le domaine académique que créatif.

 


 

Dmitri BORTNIKOV, Russie

(en résidence du 13 mars au 24 avril)

Né à Samara en URSS en 1968, Dmitri Bortnikov a été tour à tour aide-soignant dans une maternité, cuisinier, professeur de danse et légionnaire. Son premier roman Le syndrome de Fritz (Noir sur Blanc, 2010, pour la traduction en français) a reçu le Booker Prize russe en 2002, ainsi que le Prix du best-seller national. Après s’être établi en France, où il vit aujourd’hui, à Paris, il poursuit son travail d’écriture en adoptant le français et publie Furioso (Musica Falsa, 2008), Repas de morts (Allia, 2011) et Face au Styx (Rivages, 2017).

 

 

 

 

 


 

Elisabeth MONTEIRO RODRIGUES, France

(en résidence du 29 mars au 24 avril)

Née en 1973, Elisabeth Monteiro Rodrigues vit à Paris. Après des études d’histoire du Proche-Orient ancien, elle se tourne vers les métiers du livre et travaille à la Librairie portugaise et brésilienne Michel Chandeigne de 2000 à 2015. Traductrice littéraire d’écrivains lusophones, dont Teolinda Gersão, João Ricardo Pedro, Valério Romão, Manuel Rui, Noémia de Sousa, elle traduit depuis 2005 l’œuvre de l’écrivain mozambicain Mia Couto. Elle est lauréate du Grand Prix de traduction de la ville d’Arles 2018 pour l’édition en français du livre de Valério Romão, De la famille, paru aux Éditions Chandeigne.

 

 

 


DÈS LE MOIS D’AVRIL

 

Eva Maria LEUENBERGER, Suisse

(en résidence du 10 avril au 7 mai)

Née à Berne en 1991, Eva Maria Leuenberger est l’auteure d’un recueil de poésie, dekarnation, à paraître à l’automne 2019 chez Literaturverlag Droschl. Ses poèmes sont aussi parus en revue, notamment dans manuskripte, Literarischer Monat, Opera Nuovo. Elle a obtenu la bourse « Weiterschreiben » décernée par la ville de Berne et a été finaliste aux 22e et 25e éditions du concours open mike à Berlin. Elle a étudié à l’Institut littéraire suisse de Bienne, où elle vit désormais, et à l’Université de Berne.

 

 

 


 

Camille DE TOLEDO, France

(en résidence du 17 avril au 5 juin)

Né en 1976, Camille de Toledo a étudié les lettres, le droit et l’histoire à l’Institut d’études politiques de Paris, puis à la London School of Economics ainsi que le cinéma et la photographie à la Tisch School de New York. En 2004, il obtient la bourse de la Villa Médicis à Rome. En 2008, il fonde la Société européenne des auteurs dans le but de promouvoir une culture de toutes les traductions. Il est l’auteur de romans, d’essais et d’un recueil de poésie. Son dernier ouvrage, Herzl : une histoire européenne est paru chez Denoël en 2018.

http://toledo-archives.net

 

 


DÈS LE MOIS DE MAI

 

Gretchen HENDERSON, Etats-Unis

(en résidence du 1er au 23 mai)

Gretchen Henderson, titulaire d’une bourse Tanner en humanités environnementales et lettres à l’Université d’Utah, écrit à la croisée des genres et des arts. Son dernier ouvrage, Ugliness: A Cultural History (Reaktion Books of London/University of Chicago Press, 2015), est en cours de traduction pour les éditions turque, coréenne, chinoise et espagnole. Enseignante, elle exerce actuellement à l’Université de Georgetown, l’Université d’Utah ou encore au MIT.

www.gretchenhenderson.com

 


 

Cal FLYN, Royaume-Uni

(en résidence du 1er au 29 mai)

Auteure et journaliste primée, Cal Flyn est originaire des Highlands en Ecosse. Elle a travaillé en tant que journaliste d’investigation pour The Sunday Times et The Telegraph avant de se tourner vers la littérature non fictionnelle. Son premier ouvrage, Thicker than Water, publié chez HarperCollins en 2016, traite du colonialisme et de la culpabilité intergénérationnelle. Actuellement, elle écrit principalement sur la nature, et son deuxième livre à paraître en 2020 sera consacré à l’écologie des espaces abandonnés.

https://calflyn.com

 

 


 

Pierre DUCROZET, France

(en résidence du 1er mai au 7 juin)

Né à Lyon en 1982, Pierre Ducrozet est l’auteur de quatre romans, dont trois parus chez Grasset, Requiem pour Lola rouge (2010, Prix de la Vocation 2011), La vie qu’on voulait (2013) et le très remarqué Eroica (2015) autour du peintre Jean-Michel Basquiat. L’invention des corps, paru en 2017 aux éditions Actes Sud, a remporté le Prix de Flore. Il est également traducteur de l’espagnol et de l’anglais, et enseigne la création littéraire à l’Ecole supérieure des Arts visuels de Bruxelles.

 

 


 

Raluca ANTONESCU, Suisse / Roumanie

(en résidence du 15 mai au 12 juin)

Née à Bucarest en 1976, Raluca Antonescu est arrivée en Suisse à l’âge de quatre ans. Elle a grandi entre la Suisse alémanique et le canton de Vaud, avant de s’établir à Genève. Après une formation à l’Ecole des Arts décoratifs et aux Beaux-Arts de Genève, elle travaille dans la vidéo et la réalisation de documentaires, ainsi que dans l’enseignement des arts plastiques. Elle a signé aux éditions La Baconnière L’inondation, son premier roman, en 2014, suivi de Sol en 2017.

 

 


 

Oliver ROHE, France

(en résidence du 1er mai au 26 juin)

Né à Beyrouth en 1972, Oliver Rohe est l’auteur de trois romans – Défaut d’origine (Allia, 2003), Terrain vague (Allia, 2005), Un peuple en petit (Gallimard, 2009) –, d’une fiction biographique sur Mikhaïl Kalachnikov, Ma dernière création est un piège à taupes (Inculte, 2012) et de deux essais – Une année en France, avec Frédéric Bégaudeau et Arno Bertina (Gallimard, 2005), A fendre le cœur le plus dur, avec Jérôme Ferrari (Inculte/Dernière marge, 2015). Membre fondateur des éditions Inculte, il écrit également des pièces radiophoniques pour France Culture et collabore à plusieurs revues et magazines.

 


 

Woosung SOHN, Corée du Sud

(en résidence du 1er mai au 17 juillet)

Né en 1987 en Corée du Sud, Woosung Sohn est artiste, éditeur, poète. Il a suivi des études d’art plastique à Séoul et est diplômé de l’Ecole nationale supérieure d’arts de Paris-Cergy. Pendant ses années en France, il s’est remis à l’écriture et la poursuit dans le master de création littéraire de l’Université Paris 8. Il se questionne sur la langue, sur la relation entre les langues et enfin la relation entre l’image et la langue. Il est également éditeur, cofondateur de la maison d’édition indépendante de photographie, appelée ces éditions.

 

 

 


DÈS LE MOIS DE JUIN

 

André NAFFIS-SAHELY, Italie

(en résidence du 5 juin au 10 juillet)

André Naffis-Sahely est originaire d’Abu Dhabi, né à Venise d’un père iranien et d’une mère italienne. Il a traduit plus de vingt ouvrages de fiction, de poésie et de littérature non fictionnelle d’auteurs francophones et italiens tels qu’Honoré de Balzac, Emile Zola, Tahar Ben Jelloun, Abdellatif Laâbi ou Alessandro Spina. Certaines de ses traductions ont figuré parmi les « livres de l’année » dans The Guardian, le Financial Times et NPR (National Public Radio). Son premier recueil de poésie s’intitule The Promised Land (Penguin, 2017).

https://www.andrenaffis.com

 


 

Elisa WOUK ALMINO, Etats-Unis/Brésil

(en résidence du 5 juin au 10 juillet)

Elisa Wouk Almino est une auteure, éditrice et traductrice du portugais habitant Los Angeles. Actuellement rédactrice en chef du magazine d’art Hyperallergic et éditrice pour la plateforme de traduction de Harlequin Creature, elle dirige également la publication d’une monographie d’artiste pour Rizzoli. Ses traductions des poèmes de la poète brésilienne Ana Martins Marques sont parues chez Scrambler Books en 2017. Elle travaille à la traduction de l’œuvre d’une autre poète brésilienne, Ana Cristina Cesar.

http://www.elisawoukalmino.com

 

 


 

Katja PETROWSKAJA, Ukraine

(en résidence du 7 juin au 10 juillet)

Née à Kiev et vivant actuellement à Berlin, Katja Petrowskaja a étudié la philologie russe à l’Université de Tartu en Estonie. Elle est titulaire d’un doctorat en lettres de l’Université d’Etat des sciences humaines de Russie. Elle collabore comme journaliste à plusieurs médias tels que la NZZ ou la SZ, et tient une chronique depuis 2011 pour la Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung. Son premier ouvrage, Maybe Esther, écrit en 2014, a remporté de nombreux prix littéraires, dont le Prix Ingeborg Bachmann, et a été traduit en vingt langues, dont en français au Seuil sous le titre Peut-être Esther.

 

 


 

Annelyse GELMAN, Etats-Unis

(en résidence du 12 juin au 28 août)

Annelyse Gelman est une poète américaine dont le travail est paru en magazines et en revues – notamment The New Yorker, BOMB Magazine, PEN Poetry Series. Elle est aussi l’auteure du recueil Everyone I Love is a Stranger to Someone (Write Bloody Publishing, 2014). Première poète en résidence à l’observatoire sur le cerveau de l’Université de Californie à San Diego, elle obtient en 2016-17 une bourse Fullbright pour son travail à mi-chemin entre poésie, musique et film, qui lui permet d’étudier à Berlin. Elle est actuellement titulaire d’une bourse au Michener Center for Writers à Austin, Texas.

http://annelysegelman.com

 


 

Shirin BARGHNAVARD, Iran

(en résidence du 19 juin au 31 juillet)

Née en 1976, Shirin Barghnavard est une réalisatrice et éditrice iranienne installée à Téhéran. Depuis 2000, elle est très active en tant que scénariste, directrice et productrice de courts et longs métrages de fiction ainsi que de documentaires primés tels que Poets of Life, Scenes from a Divorce ou Profession: Documentarist. Dans ses films documentaires, Shirin Barghnavard associe questions sociales générales et recherches spécifiques sur le rôle des femmes dans la société.

 

 


DÈS LE MOIS DE JUILLET

En duo

 

Sandra DE VIVIES, France

(en résidence du 3 au 31 juillet)

Journaliste et consultante, Sandra de Vivies est née en 1977 à Dole et vit à Bruxelles. Elle a écrit un premier texte relevant de l’autofiction familiale, Le retour de Pierre, en 2018, et poursuit actuellement le deuxième, Vita, dans le cadre du master Lettres RED « écopoétique et création » d’Aix-Marseille Université.

 

 

 

 

 

Élise FOUIN, France

(en résidence du 3 au 31 juillet)

Élise Fouin est née en 1979. Elle vit et travaille à Paris. Designer diplômée de l’École Boulle, elle prend à contre-pied la démarche traditionnelle du design, en pensant la matière avant de penser l’objet. Elle aime à jouer avec les qualités tactiles et sensibles des matériaux qu’elle récupère et qu’elle réinvente. Elle détourne, déroule, accumule, ajuste, emballe, polit, vernit, jusqu’à ce que naisse l’objet.

www.elisefouin.com

 

 

 


En duo

 

Fabienne RADI, Suisse 

(en résidence du 17 au 31 juillet)

Fabienne Radi est née à Fribourg en 1960 et vit à Genève. Après des études de géographie et de géologie, de bibliothéconomie, puis d’art, elle est venue à l’écriture par le biais des arts plastiques. Auteure d’essais sur l’art, de micro-récits, de listes, de poèmes et d’un roman – C’est quelque chose (autre part, 2017) –, elle réalise également des éditions d’artiste sous forme de livres ou de posters. Elle a co-dirigé la revue Tissu de 2004 à 2010. Elle enseigne à temps partiel à la Head (Haute Ecole d’art et de design) de Genève.

http://www.fabienneradi.ch

 

 

Cyrille MARTINEZ, France

(en résidence du 17 au 31 juillet)

Né en 1972 à Avignon, Cyrille Martinez est un écrivain et un performeur français. Il est l’auteur de sept ouvrages, dont Le poète insupportable (Questions théoriques, 2017) et La bibliothèque noire (Buchet-Chastel, « Qui Vive », 2018). Egalement édités dans la collection « Qui vive » chez Buchet-Chastel, les ouvrages Deux jeunes artistes au chômage / The Sleepworker (2011), lauréat de la bourse French Voices 2013, et Musique rapide et lente (2014) ont fait l’objet d’adaptations scéniques.

 

 

 


 

Simona MAMBRINI, Italie

(en résidence du 22 juillet au 28 août)

Simona Mambrini est traductrice, traductologue et lexicographe. Elle a suivi des études de lettres avant de s’orienter vers la traduction littéraire. Elle travaille depuis vingt ans dans le domaine de l’édition et compte une centaine de traductions du français et de l’anglais vers l’italien à son actif. Elle a une prédilection pour Georges Simenon mais traduit aussi beaucoup de littérature jeunesse. Depuis 2004, elle collabore avec la Foire du Livre Jeunesse de Bologne.

 

 


DÈS LE MOIS D’AOÛT

 

Ramiro S. OSÓRIO, Portugal

(en résidence du 7 au 21 août)

Né à Lisbonne en 1939, Ramiro S. Osório a suivi les cours de Roland Barthes au Collège de France. Il a travaillé comme architecte à Paris et comme « anti »-professeur de littérature à Rio de Janeiro. Il a publié quinze livres dans des genres divers : contes pour adultes et pour enfants, poésie, théâtre. Il a reçu deux prix de l’Association portugaise des écrivains et du ministère de la Culture portugais. Deux de ses livres intègrent les programmes nationaux de lecture au Portugal et au Brésil. Ses manuscrits – dont une trentaine d’inédits – ont commencé à être archivés à la Bibliothèque nationale du Portugal.

 

 

 

 


 

Marie NIMIER, France

(en résidence du 7 août au 4 septembre)

Marie Nimier est née en 1957. Auteure de treize romans publiés chez Gallimard, dont La reine du silence (Gallimard, Prix Médicis 2004), largement traduits (Etats-Unis, Chine, Egypte, Allemagne…). Si le roman est au cœur de son travail, elle écrit également de nombreuses chansons, notamment pour Juliette Gréco, Art Mengo, Maurane, Eddy Mitchell, Enzo Enzo, des albums jeunesse et des pièces de théâtre, ainsi que d’autres formes hybrides, particulièrement avec et pour des danseurs. Son dernier roman Les confidences a été publié chez Gallimard en mars 2019.

https://www.marienimier.com/index.php

 

 

 

 


 

Elisabeth JAQUETTE, Etats-Unis

(en résidence 7 août au 11 septembre)

Titulaire d’une maîtrise de l’Université de Columbia ainsi que d’un bachelor de Swarthmore College, Elisabeth Jaquette traduit de l’arabe et est directrice générale de l’association américaine des traducteurs littéraires. Son travail a été sélectionné pour le TA First Translation Prize et nominé pour le Best Translated Book Award ; il a en outre reçu le soutien de PEN/Heim et de plusieurs English PEN Translates Awards. Elle a bénéficié d’une bourse CASA à l’Université américaine du Caire et enseigne également la traduction.

https://jaquette.weebly.com 

 


En duo

 

Krzysztof SZEKALSKI, Pologne 

(en résidence du 7 août au 11 septembre)

Krzysztof Szekalski est dramaturge, poète et comédien. Après une formation à l’Ecole nationale supérieure de théâtre à Cracovie, il débute sa carrière sur scène notamment aux côtés de Krystian Lupa. Par la suite, il s’adonne à l’écriture et en fait son activité artistique principale. Ses pièces de théâtre sont jouées dans toute la Pologne et il est aussi l’auteur de pièces radiophoniques. Il s’intéresse particulièrement aux nouvelles formes documentaires dans l’écriture pour le théâtre. Il pratique également l’écriture poétique.

 

 

Aleksandra JAKUBCZAK, Pologne

(en résidence du 7 août au 11 septembre)

Aleksandra Jakubczak est une créatrice de théâtre habitant Varsovie. Après une formation de metteur en scène de l’Académie de théâtre de Varsovie, elle travaille depuis 2015 sur des pièces de théâtre, des installations ou des pièces radiophoniques en Pologne et à l’étranger. Elle explore les relations entre réalité et fiction, la dynamique et l’économie du don et de la rencontre en tant qu’outils créatifs ou critiques dans les arts de la scène.

 

 

 

 

 


 

Christopher HOWE, Royaume-Uni

(en résidence du 28 août au 25 septembre)

Professionnel de la conservation, Christopher Howe travaille depuis 1992 pour des organisations de protection de la nature au Royaume-Uni, en Indonésie, en Nouvelle-Zélande et en Asie. Actuellement établi à Bangkok, travaillant pour l’organisation UICN, il rédige des propositions et supervise des projets de conservation pour toute l’Asie. En 2011, il a pris un congé pour études et obtenu sa maîtrise en création littéraire auprès de l’Institut international des lettres modernes de l’Université Victoria de Wellington.

 

 

 


DÈS LE MOIS DE SEPTEMBRE

 

Oliver ROHE, France

(en résidence du 4 septembre au 2 octobre)

Né à Beyrouth en 1972, Oliver Rohe est l’auteur de trois romans – Défaut d’origine (Allia, 2003), Terrain vague (Allia, 2005), Un peuple en petit (Gallimard, 2009) –, d’une fiction biographique sur Mikhaïl Kalachnikov, Ma dernière création est un piège à taupes (Inculte, 2012) et de deux essais – Une année en France, avec Frédéric Bégaudeau et Arno Bertina (Gallimard, 2005), A fendre le cœur le plus dur, avec Jérôme Ferrari (Inculte/Dernière marge, 2015). Membre fondateur des éditions Inculte, il écrit également des pièces radiophoniques pour France Culture et collabore à plusieurs revues et magazines.

 


 

Margot CARLIER, France

(en résidence du 4 septembre au 9 octobre)

Spécialiste de littérature polonaise, conseillère littéraire, enseignante, Margot Carlier est également traductrice. Passionnée par le reportage littéraire, elle a dirigé l’édition de l’ouvrage La vie est un reportage, ainsi que celle de La mer dans une goutte d’eau (Noir sur Blanc, 2006 et 2016). Auteure d’une quarantaine de traductions, elle a travaillé pour de nombreux éditeurs et a traduit Hanna Krall, Wieslaw Mysliwski, Andrzej Stasiuk et Olga Tokarczuk.

 


 

Frank SMITH, France

(en résidence du 11 septembre au 18 décembre)

« Artisan du langage », Frank Smith est écrivain et poète, vidéaste et réalisateur. Il vit à Paris et Los Angeles. Il est représenté par la galerie Analix Forever de Genève. Frank Smith est également le créateur du Bureau d’investigations poétiques depuis lequel il explore les jonctions/disjonctions contemporaines entre poésie, politique et image, au moyen de livres, de films, d’installations, d’expositions et de performances. Il est l’auteur d’une douzaine d’ouvrages dont Guantanamo (Seuil, 2010) et, dernièrement, Pour parler (Créaphis, 2019), accompagné de dessins de Julien Serve.

https://www.franksmith.fr

 


 

Jean HEGLAND, Etats-Unis

(en résidence du 18 septembre au 20 novembre)

Née en 1956 dans l’Etat de Washington, Jean Hegland est établie au nord de la Californie, au cœur des forêts, partageant son temps entre écriture et apiculture. Elle est l’auteure des romans Into the Forest, Windfalls et Still Time mais aussi d’un ouvrage non fictionnel, The Life Within : Celebration of a Pregnancy. Into the Forest, écrit en 1996, a été traduit dans une douzaine de langues, il a été adapté au cinéma et a fait l’objet d’un roman graphique. En France, il a connu le succès en 2017 sous le titre Dans la forêt, Gallmeister.

http://jean-hegland.com

 

 


 

Camille DE TOLEDO, France

(en résidence du 27 septembre au 30 octobre) 

Né en 1976, Camille de Toledo a étudié les lettres, le droit et l’histoire à l’Institut d’études politiques de Paris, puis à la London School of Economics ainsi que le cinéma et la photographie à la Tisch School de New York. En 2004, il obtient la bourse de la Villa Médicis à Rome. En 2008, il fonde la Société européenne des auteurs dans le but de promouvoir une culture de toutes les traductions. Il est l’auteur de romans, d’essais et d’un recueil de poésie. Son dernier ouvrage, Herzl : une histoire européenne est paru chez Denoël en 2018.

http://toledo-archives.net

 

 


DÈS LE MOIS D’OCTOBRE

Isaac YUEN, Canada

(en résidence du 2 au 30 octobre)

Canadien de première génération d’origine chinoise, Isaac Yuen a publié ses fictions et œuvres créatives non fictionnelles dans Flyway: Journal of Writing and Environment, Zoomorphic, River Teeth’s Beautiful Things, Tin House Flash Fridays, Orion, notamment. Il est à l’origine d’Ekostories, un blog d’essais où se rejoignent la narration et les thèmes de la nature, de la culture ou de l’introspection. Il vit à Vancouver, au Canada, sur le territoire des Salishes du littoral, et travaille actuellement à son premier recueil de nouvelles.

https://ekostories.com

 

 

 

 


 

Michaela VIESER, Allemagne

(en résidence du 9 octobre au 16 décembre)

Michaela Vieser est conteuse, auteure de livres de fiction et non-fiction, et réalise des sujets pour la radio. En « exploratrice de sujets », elle applique aux thèmes qu’elle traite une méthode s’appuyant sur une recherche exhaustive, combinant des informations provenant à la fois du monde sensoriel et du monde scientifique. Diplômée de la School of Asian and African Studies (SOAS) à Londres, elle a étudié la langue, la culture et les arts japonais et a vécu un an dans un temple bouddhiste au Japon pour y apprendre l’art de la calligraphie, du combat à l’épée et de la cérémonie du thé.

http://www.michaelavieser.de

 


 

Adrien GYGAX, Suisse

(en résidence du 16 octobre au 18 décembre)

Adrien Gygax est né à Lausanne en 1989 et a grandi à Mont-la-Ville, au Pied du Jura. Il a suivi des études de sociologie, puis a travaillé comme consultant en entreprise jusqu’en 2019. Son premier roman, Aux noces de nos petites vertus, est paru aux éditions du Cherche-Midi en 2017, et Se réjouir de la fin est à paraître aux éditions Grasset.

 

www.adriengygax.com

 

 


 

Boris TILQUIN, Belgique

(en résidence du 23 octobre au 18 décembre)

Boris Tilquin est un auteur et scénariste d’origine belge, né en 1988. Après une licence universitaire en philosophie et un en Master d’écriture scénaristique, il signe plusieurs courts métrages de cinéma. Il a reçu plusieurs prix de festivals internationaux et plusieurs bourses de création. Après l’écriture d’un premier roman, Monstres ordinaires, Boris Tilquin travaille sur le manuscrit de son deuxième, Des bâtards.

 


DÈS LE MOIS DE NOVEMBRE

 

Ryan IRELAND, Etats-Unis

(en résidence du 6 novembre au 18 décembre)

Originaire de l’État de l’Ohio, Ryan Ireland est l’auteur de deux romans publiés en 2016 chez Oneworld, Beyond the Horizon et Ghosts of the Desert. Il a aussi publié des travaux non fictionnels académiques, grand public ou créatifs dans Public Libraries Quarterly, Voices of Youth Advocates et Ripcord. En 2018, il a été l’un des finalistes du VanderMey Nonfiction Prize. Il siège actuellement au conseil du Antioch Writers’ Workshop et copréside avec sa femme Amber une association à but non lucratif, Third Story Literacy Project, dont l’objectif est de développer des petites bibliothèques en accès libre.

 

 


Photos: Jocelyne Desverchère © Hélène Bamberger | Sylvain Maestraggi © Muriel Bucher | Raluca Antonescu © Caroline Fernandez | Shirin Barghnavard © Frederique Le Brun | Cyrille Martinez © Pauline Abascal | Jean Hegland © Tessa Padilla Fisher 
Photos © D.R