Jean-Gilles Décosterd est un architecte suisse né en 1963 et établi à Lausanne.

www.decosterd.net


Notes d’architecte

Decosterd 2

« Je m’en allais dans les bois parce que je souhaitais vivre délibérément, ne faire face qu’aux faits élémentaires de la vie, et voir si je ne pouvais pas apprendre ce qu’elle avait à enseigner, et non découvrir, quand je viendrais à mourir, que je n’avais pas vécu (…). Je voulais vivre profondément et sucer toute la moelle de la vie, vivre assez hardiment, assez en Spartiate pour mettre en déroute tout ce qui n’était pas la vie, couper un large andin et tondre ras, acculer la vie dans un coin et la réduire à sa plus simple expression (…). De la simplicité, de la simplicité, de la simplicité !»

Henri David Thoreau, Walden, ou la vie dans les bois

Decosterd 1

La rumeur du monde

L’espace de vie d’un résidence d’écrivain est fondamentalement un espace d’écriture ; on y habite en creux, en mineur, collatéralement. La part domestique est bien là mais à sa place, au service de l’écriture pour égrainer une journée de mille rituels quotidiens qui ramènent toujours au texte en chantier, à sur la table, pour partager un fromage du Jura avec un autre résident en évoquant ses lectures autour de la bibliothèque, pour se reposer en lisant encore, se relever et reprendre ce texte qui échappe, toujours. Une vie d’écrivain, c’est l’écriture. Le grossier nécessaire, les faits élémentaires que poursuivait Henri David Thoreau dans sa cabane, pour un écrivain ce n’est que l’écriture.

  • Newsletter

    Abonnez-vous à la newsletter en saisissant votre adresse e-mail
    * = Champ requis
  • Facebook Twitter YouTube